Ambassadrice MUDGIRL : Rencontrez Alicia

Mis à jour : mai 4

Comment en suis-je arrivée là ? C'est une question que je me pose tous les jours. Je n'aurais jamais imaginé que je tomberais amoureuse du fitness. Je n'avais aucune idée que moi, la grande fille maladroite (je mesure 1,80 m et pèse environ 60 kg), je ferais ce voyage incroyable. Un voyage vers un meilleur moi. Je ne savais pas à quel point mon cœur et mon âme seraient heureux de franchir ma première ligne d'arrivée, et de voir ensuite les autres franchir la leur. C'est incroyable !


Retour aux sources


Laissez-moi revenir un peu en arrière pour vous. Quand j'étais enfant, j'étais un garçon manqué et une "grande fille". J'étais toujours plus grande que tout le monde et plus corpulente, bâtie un peu comme un Linebacker. Je passais la plupart de mon temps dehors à jouer avec mon chien ou avec les enfants du quartier. Mais j'étais bien consciente de ma taille et je savais pertinemment que j'avais du mal à suivre.


Adolescente, je ne voulais rien savoir du sport ou des cours de gym, car je détestais courir ces satanés kilomètres. Jeune adulte, je suis allée à l'université. Je suis devenue fumeuse et j'ai continué à prendre du poids, à devenir de plus en plus grosse. Même si j'avais généralement le sourire aux lèvres, je mourais intérieurement. Je me détestais, je voulais me cacher chaque fois que j'entendais "Wow ! Tu es une grande fille". Mais comme beaucoup d'entre nous, je me contentais de rouler les yeux et d'en rire quand les autres étaient là.



La sonnette d'alarme


À l'âge de 33 ans, j'ai eu une révélation. A cause d'une tumeur rare, la santé de mon père a commencé à décliner. J'ai été confrontée à la mort et j'ai commencé à la comprendre ; j'ai décidé que je devais trouver une meilleure version de moi-même, plus saine.


J'ai demandé à une amie qui vendait des produits de santé et de bien-être de m'aider. Elle m'a fait prendre toutes sortes de vitamines, de shakes et de produits alimentaires sains. Très vite, mon niveau d'énergie a augmenté, j'ai perdu du poids et je me sentais bien.


Ensuite, j'ai commencé à faire de l'exercice à la maison. J'écoutais les DVD d'exercices et j'ai réalisé quelque chose - je tombais amoureuse du fitness. Je me sentais bien, je transpirais et je faisais monter mon rythme cardiaque ! J'ai réussi à perdre 30 kilos et à ne pas les reprendre.


Cependant, il restait encore un problème flagrant : Je fumais depuis 20 ans, à raison de deux paquets par jour. Je savais qu'il fallait que j'arrête, mais j'avais peur de reprendre les 20 kilos que j'avais tant cherché à perdre. J'ai demandé à quelques-uns de mes amis comment arrêter de fumer sans reprendre le poids perdu. Leur réponse ? "Fais-le ! Arrête et nous t'aiderons à t'en sortir !"


Finalement, c'est MOI qui ait décidé. Je devais avoir envie d'arrêter de fumer et je devais le vouloir plus que tout. J'ai donc choisi au hasard un paquet de cigarettes, j'ai décidé qu'une fois ce paquet terminé, j'arrêterais. Comme vous pouvez l'imaginer, il a été très difficile de laisser tomber les cigarettes. Malheureusement, j'ai commencé à prendre du poids et à être déprimée. J'étais malheureuse. Mais j'avais travaillé si dur ; je ne voulais pas revenir en arrière.



Le tournant


J'ai réussi à trouver le courage de m'inscrire dans un club de gym. J'ai rencontré un entraîneur qui était prêt à m'aider, et il m'a suggéré d'essayer de courir. "Euh, je suis désolé, qu'est-ce que je fais maintenant ?" est sorti de ma bouche. Il m'a dit d'essayer de courir pour ouvrir mes poumons. Je lui ai dit qu'il n'y avait aucun moyen de courir, que mon corps allait boycotter. Malgré mes protestations, il a élaboré un plan pour moi. Avant même de m'en rendre compte, je faisais du jogging. MOI. Du jogging ! Ne vous méprenez pas, je ne courais pas beaucoup et je faisais des intervalles, mais je le faisais vraiment.


Environ un mois plus tard, je parcourais Facebook et j'ai vu une publicité pour le Warrior Dash. Je l'ai regardée et je me suis dit : "Bon sang, ça a l'air sympa et je peux jouer dans la boue !". J'ai partagé l'annonce avec quelques amis, et ils ont tous dit la même chose "Tu ne peux pas le faire, tu n'es pas en forme." "Tu vas te blesser." "Tu ne finiras jamais." "Tu n'es pas faite pour ça." Je suis sûre que vous comprenez l'idée. Mais je me fichais de ce qu'ils disaient. Je voulais le faire. Je voulais me prouver à moi-même que je pouvais le faire. Une personne n'est pas "faite" pour une chose ou une autre. Je le ferais et je finirais.



La course est lancée


Je me suis donc inscrite à la course à obstacles dans la boue. Je me suis dit qu'à mesure que le jour de la course approchait, un de mes amis se joindrait probablement à moi, mais personne ne l'a fait. J'aurais pu renoncer à la course, et j'y ai honnêtement pensé. Mais j'ai décidé de me jeter dans le bain et de le faire. Je me suis présentée à la course, seule et terrifiée.


J'étais déstabilisée. A chaque obstacle, je me disais "Mais qu'est-ce que c'est que ça ?". Et les uns après les autres, j'ai conquis les obstacles jusqu'à ce que je les termine TOUS. En rampant dans le dernier obstacle et en me dirigeant vers la ligne d'arrivée, j'ai été envahie par un sentiment de fierté. J'ai décidé de repousser mes limites et je l'ai fait. Moi, l'ancienne grosse fumeuse qui aime toujours autant la nourriture. J'ai réussi !


A ce moment précis, j'ai réalisé que je voulais connaitre ce sentiment à nouveau et que je souhaitais le partager avec autant de personnes que possible. J'ai commencé à participer à des courses de 5 km et, à chaque course, j'ai convaincu un autre ami de se joindre à moi. Lorsque je leur demandais de se joindre à moi, mes amis me disaient "Pas question. Je ne peux pas faire ça !", mais ils venaient finalement avec moi, parfois à contrecœur. Ce que je préférais ? L'expression de leur visage lorsqu'ils franchissaient la ligne d'arrivée... Absolument génial !


Fais moi confiance


Je me souviens avoir participé à une course de 5 km avec trois femmes qui n'avaient jamais fait ce genre de chose auparavant. Elles m'avaient donné l'excuse habituelle "Je ne peux pas courir." "Je ne peux pas faire de jogging." Et je leur ai dit, vous n'avez pas besoin de courir ou de faire du jogging. Vous pouvez marcher, danser, sauter, sautiller, tout ce que vous voulez parce que vous POUVEZ le faire. Je les ai suppliés de me faire confiance. Faites-moi confiance, vous pouvez aller jusqu'au bout de la course. Croyez-moi, vous serez fatigués, endoloris et en sueur. Mais croyez-moi quand je vous dis que vous vous sentirez incroyablement bien.


Elles m'ont fait confiance et elles ont toutes franchi la ligne d'arrivée avec un immense sourire sur leur visage. L'une d'entre elles a avoué que pendant une partie de la course, un homme en fauteuil roulant est passé à côté d'elle (sur une pente) et elle s'est dit : "S'il peut le faire, pourquoi pas moi ?". Ils étaient essoufflés, en sueur, rieurs et fiers. Et moi ? Mon cœur était plein. Ce regard dans leur visage, l'accomplissement, la fierté et l'attitude "Yes I Can", c'est ce qui fait que tout cela en vaut la peine pour moi.

J'ai même demandé à mon entraîneur de se joindre à moi pour sa première course dans la boue. C'était une explosion ! Il a été étonné de voir combien de personnes différentes étaient présentes, combien d'inconnus sont devenus des amis instantanés en s'entraidant pour franchir les obstacles, et combien tout le monde s'amusait. C'est ce qui enflamme mon cœur, c'est ce qui me pousse à continuer.




Partager ce moment de fierté


Ces trois dernières années, j'ai traîné des personnes réticentes à participer à des courses pour qu'elles puissent voir ce dont elles sont capables. Il ne s'agit pas de savoir si vous êtes en forme. Il s'agit de s'amuser, de faire des choix sains et de profiter de ces moments. Je suis passée de la solitude lors de ma première course de boue à un groupe d'amis qui sont tout aussi accros que moi à ces événements.


Cette année, j'ai une équipe de femmes exceptionnelles prêtes à me rejoindre à MUDGIRL pour leur toute première course d'obstacles. J'ai hâte qu'elles fassent l'expérience de la camaraderie de la #PinkArmy, qu'elles ressentent l'accomplissement, l'immense fierté et qu'elles aient envie de recommencer.


J'ai passé tant d'années à me sentir insignifiante, à me morfondre avec une mentalité de "je ne peux pas", c'était horrible. Mon parcours jusqu'à aujourd'hui n'a pas toujours été amusant, mais il en valait la peine. Mon histoire n'est pas terminée. Mon Guerrier intérieur brûle chaque jour un peu plus alors que je teste mes limites et que je continue de m'améliorer. Je travaille sur moi, pour moi.


Dans la vie, et sur le parcours, votre vitesse n'a pas d'importance - avancer c'est avancer. Vous franchirez cette ligne d'arrivée. #NeverGiveUp #YouveGotThis #ShowMeYourWarrior




4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout